L’agriculture a-t-elle rendu les populations du néolithique en mauvaise santé ?

Il y a une idée qu’on entend parfois: l’agriculture aurait rendu les communautés s’y prétant en mauvaise santé et les auraient exposé aux maladies. Ceci, en se fondant sur des comparaisons entre communautés s’étant vouées à l’agricultures et d’autres de chasseurs cueilleurs. Les premiers auraient eu plus de carences, un mode de vie plus difficile et, en plus, auraient contracté des maladies provenant de leur bétail. Ce raisonnement est mis à mal par deux éléments que nous venons de voir: d’une part l’adoption de l’agriculture a été progressive, il semble donc discutable de comparer des communautés restant purement dans tel ou tel modèle, et d’autre part, il ne prend pas en compte l’hypothèse selon laquelle les populations auraient été contraintes de se tourner vers l’agriculture (ce qu’étaye l’idée d’une adoption progressive). L’agriculture a été une réponse à la croissance de la population face à des ressources finies: on voit mal comment il est possible, à part avec beaucoup de malhonnêteté et d’inhumanité, de la considérer comme un malheur.

Laisser un commentaire